16) PEUR DE PASSER A L’ACTE ? FAITES VOUS CONNAITRE


Vous êtes  ouvrier, employé, chômeurs, délocalisés… ? Vous appartenez à cette frange majoritaire de la population française que le parti socialiste lâche pour mieux se préoccuper des cadres et des classes moyennes ? Vous avez peur d’avoir des réactions viscérales et violentes devant les militants de Ségolène Royale et consort venus vous expliquer qu’il faut abandonner la retraite par répartition, accepter la loi du marché, rendre la santé payante et se moderniser en acceptant les inégalités sociales ? Faîtes vous connaître. Le parti socialiste met en place une cellule d’accompagnement psychologique pour vous apprendre à  accepter positivement votre statut de nouveau pauvre (comment marcher dans la rue quand on est S.D.F ? comment ne pas aller chez le dentiste ? etc...)
Parti Socialiste ? jamais on n'avait été aussi digne en politique.



15) UNE NOUVELLE FORME DE FOLIE : L’EXCES D’HUMANITE



Comme on le sait, les psychiatres (contrairement aux sociologues) mettent souvent tout leur art à faire que leur science « colle »  au plus prêt aux évolutions de notre société contemporaine. Dans ce but, « l’association pour une psychiatrie rénovée » (qui regroupe des psychiatres qui se définissent eux-mêmes comme « résolument tournés vers l’avenir » ) est en train d’élaborer une nouvelle grille des pathologies psychologiques les plus typiques de notre époque. Parmi celles-ci, en bonne place, un nouveau type de maladie : les « inadaptés par excès d’humanité ». Signes particuliers (parmi beaucoup d’autres) de cette pathologie particulièrement handicapante: un refus enfantin d’admettre que les humains sont en concurrence les uns avec les autres et à accepter la loi du marché, une incapacité à ne pas être affecté par la misère dans le monde, ou celle des S.D.F dans nos rues, etc.…. Moyen de guérison préconisé : un stage intensif dans le milieu de l’entreprise (ces malades sont souvent des travailleurs des services publics) avec indexation du salaire sur les parts de marché  arrachées aux conccurents. A noter que Le M.E.D.E.F vient de décider un partenariat enthousiaste avec « cette nouvelle race de chercheurs  » qui « démontrent enfin que les sciences humaines sont capables d’êtres concrètes et utiles à la  société ». Et de conclure, fini le temps des inepties illisibles à la Bourdieu et consort…

 

14) Sarkozy, lecteur-utilisateur de Bourdieu et Passeron?

 

L’arrivée de certaines personnes de " couleur " aux plus hautes responsabilités de l’Etat et dans certaines positions institutionnelles stratégiques (comme le ministère de la justice) ne devrait rien au hasard. Elle résulterait du raisonnement suivant tenu par Nicolas Sarkozy devant son parti lors d’une réunion destinée à anticiper les difficultés que la présence pesante de la police dans les cités a de fortes chances d’amener. " Nous savons que jamais nous ne pourrons mener notre politique sécuritaire si elle était appliquée à visage découvert par un gouvernement uniquement composé de " blancs ". Elle serait immédiatement perçue comme raciste. Pour avoir au moins une bonne raison, que je veux très apparente, de contester cette perception des choses qui ne manquera pas de s’appuyer sur le fait que c’est la plupart du temps des maghrébins qui vont être enfermés (et cela dans des proportions bien plus grandes que leur poids dans la population française globale), il nous faut absolument des personnes de couleur dans des postes stratégiques. Mais ne vous inquiétez pas quand à leur dévouement. Bien au contraire. Je sais par la lecture des travaux de sociologie de Bourdieu et Passeron que plus une catégorie de population est " sur-sélectionnée " (comme ils le disaient à propos des étudiants d’origine populaire lorsqu’ils accédaient par le plus grand des miracles aux études supérieures), plus elle a de chance de se comporter en " oblat " entièrement dévouée aux intérêts de l’institution et des personnes qui l’ont ainsi miraculeusement consacré. Elle sera donc en quelque sorte plus sarkozyste que Sarko lui-même !(il rit) Cherchez moi donc si possible une femme (déjà sur-sélectionnée), et en plus d’origine maghrébine (et donc doublement sur-sélectionnée), et je vous garantie que jamais vous n’aurez connu discours plus musclée au ministère de la justice ! Cette femme là fera payer inconsciemment à ses frères et sœurs toutes les humiliations que son origine lui aura imposé. Et c’est là un moteur d’une énergie incroyable qu’aucun de nous ne possède " Une prédiction sarkozyste à évaluer donc dans les mois et les années qui viennent….(le 27/05/07)

 

 

13) UN COMMUNIQUE RASSURANT DE L’U.M.P

 Une image violemment caricaturale (et malhonnête à dessein !) a souvent eu tendance à présenter par le passé la droite de ce pays comme particulièrement inhumaine et peu soucieuse des effets concrets qu’impliquaient les lois qu’elle prenait pour la population la plus défavorisée de ce pays. Le communiqué suivant, émanant de l’U.M.P, et spécialement pensé et conçu avec un respect aigu pour cette frange de la population si souvent oublié et maltraité par le passé (et jamais dans l’histoire on n’avait payé si cher des " communicants " pour parler avec autant de respect à la France d’en bas !), fait enfin justice de cet infâme lieux commun de " la pensée unique de gauche " qui gangrène si souvent à notre insu nos cerveaux :

" Chers compatriotes de la France d’en bas. Comme vous le savez, nous avons l’intention de baisser comme jamais dans l’histoire les prélèvements obligatoires. Cette révolution, que même Tatcher n’a pas osé faire avec l’ampleur que nous voulons lui donner, amènera logiquement une explosion de la pauvreté, notamment le retour des " vieux pauvres " dans le futur. Mais vous n’avez pas à vous inquiéter. D’une part, ce n’est pas pour tout de suite, et vous avez donc le temps de vous y préparer psychologiquement (et nous vous conseillons de vous répéter tous les matins devant votre glace avant de vous raser : " bientôt la pauvreté "). Et d’autre part, les psychologues et chercheurs en sciences humaines que nous avons envoyé en stage aux U.S.A nous garantissent qu’on peut être pauvre et se croire heureux. Ainsi, aux U.S.A, certains pauvres " extrêmes " vivant dans des cartons ( !) se disent heureux de vivre lorsqu’on les sonde ! La pauvreté n’est donc pas aussi invivable qu’on veut bien vous le dire. On s’y fait très bien et assez vite, pour peu qu’on soit ouvert et dynamique d’esprit, bref pour peu qu’on soit " moderne ". Il n’y a donc plus lieu de craindre l’avenir pour vous. Avec la profonde affection de notre président qui, si ça se trouve, viendra un jour manger en toute simplicité un sandwich avec vous, car il vous aime et vous le savez…"

 

12) COUP DOUBLE DANS LA " LUTTE " CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ?

 Cela faisait longtemps que la chose intriguait certains climatologues : comment se faisait-il que, dans les institutions internationales (O.N.U, O.M.C, FMI, etc….) devant leur message si évidemment alarmiste, la réaction soit si illogique (par exemple non rationnement et non interdiction des voyages de loisirs dans les pays dits " riches " etc…) et si molle ? En fait, loin d’être dû à l’impuissance " naturelle " des institutions internationales (mais aussi nationales, car rien n’empêchait un état vertueux de prendre lui même ce genre de mesures dans son seul pays à titre d’exemple) , il semblerait que cette " réaction molle " est été sciemment cultivée sous l’influence d’un lobby particulièrement influent. Celui-ci, financé principalement par des actionnaires des principales compagnies pétrolières mondiales et des fabricants de voiture (et disposant de sommes inouïes au regard des besoins " primaires " non satisfait sur la planète) était formé de " chercheurs " (surtout des économistes) dont la mission était ainsi présentée. " vous n’êtes pas sans savoir que si nous prenions au sérieux la lutte contre le réchauffement climatique, il en résulterait quasi automatiquement la mort du capitalisme (ou du moins un capitalisme fortement réglementé) et l’avènement d’un état quasiment socialiste : reconnaissance que les ressources énergétiques sont finies et devraient donc être rationnées, que toute les vies se valent ,et que donc il faut hiérarchiser le droit à satisfaire des besoins secondaires chez certains quand les besoins primaires ne sont pas satisfaits chez d’autres, etc….Votre mission consistera à faire surtout que l’on ne raisonne pas logiquement et humainement dans ce domaine. Vous devez arrivé à faire en sorte que personne ne soit révolté par le fait qu’on permette à un homme, pour fêter son anniversaire, d’organiser un repas à Venise (alors qu’il habite à Paris) qui coûte une débauche d’énergie (arrivée d’invités de tous les coins du monde en avion privé) quand un autre meurt pas loin de lui parce qu’il n’a pas le minimum vital d’énergie. Mais ne vous inquiétez pas quand au côté moral des choses. Paradoxalement, cette non lutte contre le réchauffement climatique aura pour résultat vertueux de lutter en partie contre la pauvreté par l’élimination physique d’un certain nombre de pauvres (car les catastrophes " naturelles " touchent d’abord les pays pauvres comme vous le savez) Ainsi, il en résultera malgré tout une avancée de la civilisation humaine… ". A noter, parmi le salaire de ces chercheurs, une climatisation gratuite et garantie à vie " quel qu’en soit le prix ".

11) QUAND LE PASSE NE PEUT PLUS SE REGARDER EN FACE

 

D’après une source interne tenant à rester anonyme pour des raisons d’insécurité sociale (son absence de statut permettant de la virer à tout moment), un grand journaliste politique de la télévision française (animant une émission politique quotidienne relativement connue) aurait demandé la destruction discrète des archives de ses émissions passées. En effet, visionnant ses premières émissions, et constatant l’inanité des questions qu’il posait et l’inutilité des " informations " qu’il donnait (et surtout en creux l’absence des informations vitales et utiles qu’il ne donnait pas !), il se serait écrié, dans un accès brutal de lucidité : " Mon Dieu, ces émissions sont des caricatures vivantes ! Dieu fasse qu’on ne sache jamais combien j’ai été payé pour ça ! Il faut absolument qu’on les oublie et qu’elles disparaissent. "
ndlr : Notre homme pensait sans doutes s’adresser à quelqu’un de "connivence" qui se tairait automatiquement, anticipant (un peu trop prématurément pour le moment) après l’élection de Sarkozy, une vague de peur et de conformisme dans les médias dominants qui, déjà largement engagée dans les faits (cf l'affaire de l'article censuré du J.D.D pendant la campagne), ne manquera pas de faire vite sentir ses effets, nottament  à travers l'autocensure invisible des journalistes.(le 20/05/07)

10) LES NOUVEAUX CRITERES DU BONHEUR SELON " L’ECONMIE "

 

Suite à l’audition de l’émission de France Inter du 4/05/07 opposant (si peu !) Jean Marc Sylvestre (économiste " libéral ") et Bernard Maris (économiste auto-décrété " alternatif ") sur le bilan de dix ans de Blairisme, un haut fonctionnaire formé à l’E.N.A aurait proposé la chose suivante. " Etant donné que nos deux commentateurs sont d’accord pour dire que le bilan du Blairisme en Grande Bretagne est positif alors que le nombre de pauvres y est plus élevé qu’ailleurs en Europe (lors même qu’ils travaillent, rire), que l’on dit que le taux de chômage y est plus bas qu’ailleurs alors que monsieur Blair a éliminé artificiellement de ce taux deux millions de personnes, que le taux d’alphabétisme y est plus bas qu’ailleurs, que les jeunes anglais rentrent plus tôt sur le marché du travail et en sortent plus tard pour des retraites bien plus basses, etc, etc (lire les ouvrages de Keith Dixon pour un bilan sciemment ignoré du blairisme) ….ne peut-on pas tout simplement, pour simplifier la lisibilité des choses, dire que l’économie d’un pays se montre d’autant plus " performante " et " moderne " qu’elle est plus ouvertement inhumaine envers les " petites gens "? Ainsi il suffirait de mesurer le degrés d’inhumanité toléré dans un pays  pour avoir une idée de sa réussite économique.  ". Mais qui a dit que les fonctionnaires de l’E.N.A méconnaissaient la réalité de leur société et ne savaient pas dire les choses clairement ? (Le 5/05/07)

9) LE SUCCES DEJA PROGRAMME DE JEAN MARIE LE PEN

 

La presse aurait " tout faux ". Dixit une source interne au front national, Si en " façade médiatique " Jean Marie Le Pen semblait tout faire pour accéder à la présidence en 2007, en interne il aurait au contraire demander à ses militants et sympathisants de vôter pour Sarkosy  Son calcul (qu’il jugerait " imparable au regard de  l’imbécillité de ses adversaires " qu’il estime être " le principal et unique atout du front national, mais qui ne cesse de croître au fil du temps ") serait le suivant : " Que ce soit Sarkozy ou Ségolène Royale qui passent, nous serons fortement (et définitivement) gagnant à la sortie de ces cinq années. Si Sarkozy (petit Le Pen qui n’ose pas dire son nom) passe, il est dans une logique répressive dans les banlieues qui va échouer. Or on sait que les échecs (non reconnus) du " discours sécuritaire " ammènent à la surenchère dans le discours sécuritaire. Et la surenchère, que cet imbécile de Sarkozy a déjà légitimé par la direction qu’il a prise (il rit), ce sera nous. Si Ségolène passe, elle va servir aux pauvres de ce pays une fausse " gauche de droite " (aparté : je vous incite à lire le pronostic de l’économiste Frédéric Lordon qui en connaît un rayon en la matière : " chronique d’une trahison annoncée " sur le site " l’autre campagne ". Il faut savoir s’inspirer de ses vrais adversaires ; fussent-ils ignorés en façade, comme nous d’ailleurs, par le monde médiatico-politque. Les vrais questions politiques ne sont pas dans les médias), et elle va donc définitivement dégouté les pauvres de la gauche. ". Il faut donc avoir l’intelligence de laisser travailler le temps et l’imbécillité de nos adversaires pour nous. Ils creusent avec beaucoup d’ardeur leur propre tombe. Ne les contrarions pas. "

8) LA METHODE SARKOZY POUR PARLER AU PEUPLE

 

On se demande souvent d’où vient la faculté de Sarkozy de savoir (apparemment) parler si directement et si bien au peuple. En fait il ne s’agirait en rien d’une capacité naturelle et spontanée. Elle résulterait au contraire d’un long apprentissage contre nature impulsé par un jeune communiquant (dont Sarkozy veille rigoureusement à ce que son chemin ne croise jamais celui de sa femme) dont la ligne théorique peut se résumer ainsi : " certes le niveau d’études des français s’est élevé depuis une vingtaine d’années. Et donc ils ont maintenant une faculté à raisonner évidente. Mais d’un autre côté, ils sont très fatigués et quasiment abrutis par des conditions de travail de plus en plus invivables. Or, quand il rentrent à la maison, pour se reposer, ils gobent de plus en plus de publicité, des émissions de télé poubelle, et une information très orientée et libérale. Autant dire, une éducation légale à la connerie et à la méchanceté (il rit). Il en résulte donc chez eux un étrange mélange entre une capacité à être un peu logique et une incapacité (travaillée et légitimée par la contre éducation télévisuelle) à aller jusqu’au bout de la logique. Donc pour s’attirer leur sympathie, il suffit de leur servir quelques grossières images qui ont une vague apparence de logique. La plupart n’auront pas les moyens d’aller plus loin ". Et notre homme de prendre un cas récent et réel de cette stratégie. " Par exemple, si Sarkozy veut rencontrer Bayrou avant le second tour pour faire avec lui un deal. Il ne peut pas le faire à visage découvert devant les caméras. Mais comment faire passer la malhonnêteté qu’il veut cacher ? Il suffit de trouver une image grossière qui donne une lointaine apparence de logique à son comportement. Il dira " On n’a jamais vu dans une coupe du monde le troisième jouer la finale "….Peu de gens, même si ça les met mal à l’aise et qu’ils pressentent l’arnaque, seront capable de se révolter contre cet illogisme devenu si quotidien. Et heureusement pour nous, il n’existe pas encore d’organisme –à la manière de cinquante millions de consommateurs- chargé de défendre la lisibilité et la logique des messages politiques envoyés aux électeurs. Et encore, je n’ai pris qu’un cas mineur de malversation de la logique. Mais observez bien, et vous verrez que cette stratégie est constante chez lui. Le cas qui me fait le plus rire, c’est le coup de " travailler plus pour qu’il y ait moins de chômage "….Les gens qui seraient déjà au travail prendraient le travail possible en plus et ça diminuerait le chômage ! Si ça c’est pas le degré zéro de la logique, moi je me fais sociologue des banlieues…rire "

Entretien paru dans le journal "  La communication optimale " et destiné en priorité aux professionnels.

 

7) RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE : LE GESTE CIVIQUE PAR EXCELLENCE

 Excédé par le fait qu’une nouvelle fois le prestige de la lutte contre le réchauffement climatique semblait, par la force des choses, monopolisé par les pays les plus riches, et parmi ceux-ci, par les catégories sociales les plus élevés (puisque ce sont elles qui polluent le plus pour des motifs de loisirs secondaires à la survie, alors que les pauvres par la force des choses ne peuvent pas diminuer une consommation déjà limite), mais aussi excédé par le discours de ceux qu’il qualifie " d’éternels pessimistes " fanfaronnant à qui mieux mieux que nos enfants sont inéluctablement condamnés à connaître le malheur de vivre (dans une société future où l’on serait condamné soit à devenir un "sallopard" en monopolisant les rares dépenses énergétiques possibles, soit en étant un pauvre du mauvais côté de la barrière sociale, et donc condamné à mourir pour le droit de vivre du premier), un chercheur de " l’agence pour un civisme populaire " aurait déclaré : " Il n’est pas vrai que nous ne pouvons rien pour éviter à nos enfants le malheur de vivre. Il n’est pas vrai que la lutte contre le réchauffement climatique soit réservée aux gens riches. Il est des gestes simples et économiques qui peuvent avoir un effet radical pour éviter à nos enfants de connaître le malheur de vivre: Les tuer. Et nous jouerions ainsi un tour décisif au réchauffement climatique auquel il ne s’attend certainement pas, et l’on sait que lorsque l’on commence à démoraliser son adversaire, on commence à gagner la partie".

6) LE RACISME DE L’EDUCATION NATIONALE ACCIDENTELLEMENT REVELE

 

On s’est bien gardé d’ébruiter l’affaire au ministère de l’Education Nationale, qui, en interne, a fait pas mal rire les personnels. En effet, désireux d’être à la pointe du civisme dans la lutte contre le réchauffement climatique, le ministre de l’éducation avait commandité une recherche dont le but avoué était de plancher sur " les meilleures attitudes vestimentaires et autres qu’on pourrait imposer aux élèves pour diminuer les dépenses énergétiques, directement ou indirectement ". Or, le portrait du parfait écologiste auquel aboutissait l’étude se présentait ainsi : " Le citoyen soucieux de l’avenir de la planète ne se rase pas souvent pour éviter des dépenses d’eau et de fabrication de rasoirs coûteuses en dépenses énergétiques vitales…. Il portera des vêtements amples pour laisser l’air circuler à la différence de nos pantalons…. De même pour éviter des coups de soleil aux conséquences catastrophiques pour sa peau, il serait bon qu’il s’habitue à porter un voile ou tout autre couvre chef, etc…. ". Bref, en planchant sur l’attitude rationnelle à adopter en face du réchauffement climatique, nos chercheurs étaient en toute naïveté en train de reconnaître la rationalité et l’avance sociale des pratiquants de l’islam sur nos manières d’être, et s’apprêtaient à imposer " le port du voile " à tous nos élèves ( ! ! !) On comprend le vent de panique qui a alors saisi le ministère de l’éducation nationale et l’interruption brutale de la recherche qui en a suivi….pas vu, pas vrai…

5)  NICOLAS SARKOZY  "pour l'honnêteté dans les médias"

 

 "Il faut tout leur mâcher. C’est incroyable comme ces gens là font mal leur métier et réduisent tout à quelques slogans réducteurs ". C’est ainsi que Nicolas Sarkozy aurait réagi à la façon dont les médias ont, de son point de vue, fort mal résumer la passe d’arme sur les " délinquants " qui l’aurait opposé à Ségolène Royale. " Je ne suis pas contre les délinquants, et je ne suis pas un anti-délinquant primaire. Je ne mets pas tous les délinquants dans le même sac. Il y a une belle délinquance qui me sied très bien. Quand Alain Juppé, Jacques Chirac détourne des sommes colossales –au regard par exemple de ce petit délinquant-révolté battu pour un ticket de métro d’une valeur de deux euros- et arrivent à échapper à la justice tout en donnant des leçons de tolérance zéro sur la délinquance, j’ai un silence admiratif, et je participe même au gouvernement ou au parti dont ils sont membres ! (sourire). Et ce n’est pas Bernard Tapie, grand délinquant devant l’éternel, qui s’y est trompé. Lui qui vient de m’accorder un soutien qui m’honore. Un geste clair donc dans l’engagement et les valeurs qui sont les miennes qu’il a tout de suite reconnu. Et si la presse avait bien fait son travail dans cette affaire, à la limite elle aurait dû titrer " Nicolas, l’ami des vrais délinquants ".

(Le 7/04/07)

4) LA LOGIQUE DECRETEE TERRORISTE

Certains historiens ayant argué que si les U.S.A s’appliquaient la logique et la justice qu’ils appliquaient aux autres dans le monde, il s’autodétruiraient plusieurs fois (cf l’opération Condor en Amérique Latine, le blocus de l’Irak, le minage des ports du Nicaragua, etc….), la Maison Blanche a décrété que le recours systématique à la comparaison logique et historique constituait un signe évident d’anti-américanisme, portant en lui même les germes de la légitimation du terrorisme. En conséquence de quoi, tout chercheur s’attaquant à ces chantiers historiques sensibles avec " une rigueur trop extrémiste et ostensiblement apparente " sera considéré d’emblée comme un anti-patriote masqué travaillant sciemment contre l’intérêt de son pays. Il sera donc traité, en raison de l’égalité de tous les citoyens de ce pays, comme n’importe quel terroriste de bas étage. Et le porte parole de la maison blanche de conclure " God bless América "

3) Le M.E.D.E.F : " pour une histoire moderne".

Comme chacun le sait, la " patronne des patrons " s’est attelé à un travail de fond : moderniser la société française, la rendre plus " lisible et accessible " dans les principes démocratiques qui sont les siens. En ce sens, elle vient de proposer une réforme qui risque de faire jaser tous les esprits rétrogrades (véritable "  plaie de la société française " selon l’expression de Claude Allègre) qui refusent ce qui semble bien être pourtant un " futur inéluctable  dont on ne voit pas très bien comment le refuser " (selon le propre aveu de Bernard Thibaut, représentant pourtant officiel de la défense des salariés! ) : à savoir la " société de marché ".

En effet, celle-ci constatant fort pertinemment que " aujourd’hui, où pourtant les inégalités sociales et les écarts de fortunes sont bien plus prononcées que sous la révolution française (les écarts entre les plus pauvres et les plus riches sont aujourd’hui de 1 à 250 contre 1 à 60 en moyenne sous l’ancien régime), nous n’accordons plus aucune excuse d’ordre sociologique aux pauvres qui se révoltent dans nos banlieues. On ne voit donc pas trop pourquoi on permettrait aux historiens lorsqu’ils racontent le passé, d’invoquer ces facteurs d’inégalités sociales (pourtant bien moindres) pour expliquer par exemple les révoltes paysannes contre l’ancien régime. Il nous faut donc réécrire nos livres d’histoire pour présenter ceux qui  se sont révoltés contre les injustices sociales de leur temps (si faibles au regard de celles que nous arrivons à imposer aujourd’hui) pour ceux qu’ils sont : des personnes violentes et inciviques par nature intrinsèque ". Et d’ajouter. " Cet enseignement est d’autant plus nécessaire, qu’ils poussera nos jeunes à prendre le monde comme il est, et donc à devenir plus efficient en terme de salarié docile et productif. En effet, en les décourageant par avance d’investir leur énergie dans une contestation sociale qu’on leur aura appris à regarder de tout temps comme un comportement anormal, ils ne verront plus leur salut individuel que dans l’investissement dans la compétition économique. Si nous voulons gagner la guerre économique, il nous faut donc changer d’histoire. On ne peut pas demander aux patrons de gagner la guerre économique en enseignant une telle histoire. A bon entendeur salut" (le 16/02/06)

 

2) Une plainte de monsieur Le Pen pour discrimination ?

Au vu du langage employé par monsieur Sarkosy lors des " émeutes " de banlieues, monsieur Le Pen pense détenir la preuve patente qu’il a été injustement traité de raciste par le passé. Il aurait déclaré " on m’a fait par le passé des procès pour incitation à la haine raciale pour des propos dix fois plus euphémisés que ceux de monsieur Sarkosy. C’est là la preuve d’un traitement discriminatoire évident à mon égard ". Et il aurait ajouté : " le fait que monsieur Sarkosy ait toujours eu l’intelligence –ou le vice- d’accompagner ses propos d’une restriction purement verbale (à savoir que la " racaille " était une minorité dans ces quartiers ; NDR) ne trompe personne : ni les jeunes de ces quartiers, ni les électeurs " blancs " qui avaient jusque là du mal à retenir leur " opinion " raciste. Il se serait encore permis de préciser : " D’ailleurs, la grossièreté de la ficelle employée par monsieur Sarkosy saute aux yeux si l’on a " l’impudente justice symétrique " d’appliquer son pseudo " raisonnement " à d’autres milieux que ceux des cités visées. Que penserait par exemple monsieur Sarkosy si on lui disait qu’il fallait nettoyer " la racaille " à l’U.M.P sous prétexte que monsieur Juppé sous-louait pour un franc symbolique à son fils un appartement immense en plein Paris ? Or pourtant, du strict point de vue de la logique et de la justice (puisque monsieur Sarkosy fait semblant de s’y référer), il est dix fois plus voyou que la plupart de ces petits délinquants pris un à un.1) En terme d’équivalence matérielle, son préjudice vaut énormément de voitures brûlées. 2) Il est une vraie racaille comparé à ces jeunes émeutiers, car contrairement à eux qui ne profitaient pas de leur destruction, lui utilisait les bénéfices de son vol à des fins privées. " et de conclure : : " il est donc évident que monsieur Sarkosy parle racistement, malgré son mince vernis de logique et de justice apparente ". Et d’ajouter " je ne vois pas pourquoi on lui reconnaîtrait ce droit et pas à moi ". Affaire à suivre donc….

1) Les félicitations de Pinochet à Bush.

L'ex-président putchiste du Chili, l'ex-sénateur Pinochet, est sorti hier soir de sa retraitre pour féliciter chaudement Georges Bush pour son action en Irak et le procès de Saddam Hussein."Je suis admiratif devant votre probité morale et votre détermination sans faille à faire la chasse aux dictateurs de ce monde. Ils savent désormais que rien ne vous arrêtera: Ni le droit international que vous n'hésitez pas à piétiner si la justice est en jeu (je n'ose imaginer vos réactions si un dictateur osait faire jouer, par avocats interposés, des clauses juridiques allambiquées pour échapper à la justice. Désormais, on sait que la justice passera, même contre le "droit" s'il le faut).Ni le prix exorbitant qu'il faut payer pour aller chercher cette poignée de salopards où qu'ils se trouvent. Les centaines de milliers de morts qu'il faut faire, le pays qu'il faut réduire à néant, les montagnes qu'il faut soulever, rien ne vous arrêtera. Quelque soit le "prix du dictateur" pour le trouver, on sait, ils savent que vous le payerez. Désormais les dictateurs vivent  la peur au ventre!
Pour fêter ça, je vous invite donc vous et mr Kissinger (qui m'a tant aidé moi et ma police par le passé) à venir manger à la maison. Le chemin est de notoriété publique, et, pour le prix d'une demi-solde de bidasse, vous ferez l'allez-retour....God Bless América! " (le 19/11/05)

Retour à l'accueil