(relatif à son passage dans l’émission   «vivement dimanche»)

…A aucun moment vous ne devrez, comme monsieur Bayrou se l’est permis sur T.F.1 (vous débordant sur votre gauche), mettre en cause le rôle des médias, et spécialement de la télévision, dans sa façon de désinformer le citoyen sur les questions sociales les plus brulântes concernant sa vie et son avenir…
Vous éviterez de remarquer par exemple que la forme que nous imposons aux émissions dites « politiques » (spécialement sous la forme faussement démocratique du « débat ») fait que ceux qui ont des choses intéressantes et importantes à dire aux citoyens susceptibles de changer leur vision des choses (type Julien Duval sur le pseudo trou de la sécurité sociale, ou Frédéric Lordon sur les conséquences désastreuses de la financiarisation de la société, etc…) sont soit ignorés au profit d’opposants mous dont l’utilité réside surtout dans la caution démocratique qu’ils apportent à un système qui ne l’est pas (type Bernard Maris), soit invités dans des conditions telles qu’on sait que leur démonstration n’a aucune chance de passer, car ils seront constamment coupés et passeront pour des clowns (ce qui fait que la plupart du temps bien sûr, ils refusent de venir, car la plupart n’acceptent pas de faire passer leur personne avant leur message)…
… Vous fermerez les yeux et vous ferez semblant de ne pas avoir de mémoire concernant l’émission « vivement Dimanche », émission improprement dénommé de « variétés », alors qu’elle a une ligne politique de droite à peine implicite pour qui a les yeux légèrement ouverts. Vous omettrez par exemple (parmi beaucoup d’autres  exemples du même genre) de faire remarquer que lorsque Michel Drucker reçoit un puissant du monde patronal type Jean Marie Messier, il est explicitement interdit de faire un humour de gauche impertinent  sur l’exploitation dont ses salariés sont l’objet, chose que s’était permise Gérard Miller, et à qui Michel Drucker avait dit (avant de s’en séparer suite à cet humour déplacé) qu’il comprendrait que Jean Marie Messier lui mette « son poing dans la gueule » Par contre vous ne moufterez pas si on fait systématiquement sur ce plateau un humour de droite très explicitement engagé  contre les fonctionnaires (qui attaque par exemple les personnels du service public de la poste dont vous faites parti, et non pas la privatisation rampante à l’origine du manque de personnels et des dysfonctionnements logiques du service qui en découlent).,. Bref, vous n’aurez pas l’intelligence de remarquer que l’humour télévisuel du plateau de « vivement Dimanche » obéit à des règles implicites très politiques (attaque des faibles plutôt que des puissants, qui sponsorisent il est vrai souvent directement ou indirectement les humoristes …ou alors humour sur les puissants seulement sous condition de le faire sur des détails sans importances de leur personne). A fortiori bien évidemment, il va de soi que vous oublierez de signaler qu’il arrive parfois à Michel Drucker de prendre ouvertement des positions politiques graves, comme lorsqu’il se livre à un « hommage au Président Ronald Reagan », principal élévateur du taux de pauvreté dans son pays, mais aussi président d’un pays qui, sous sa direction, a été condamné par une cours internationale de justice comme « état terroriste » ( !!!) pour la mort de dizaines de milliers de sud américains suite au minage notamment des ports du Nicaragua. …Il est vrai que ces morts là n’avaient pas la chance de se trouver dans le World Trade Center et ne sont donc pas dignes de figurer dans le souvenir des gens « biens ».

A ces seules conditions, nous vous permettons d’inviter des ouvriers virés d’entreprises délocalisées, des sans papiers, et de faire chanter Lavilliers sur le plateau…tout ça est connu (sauf si l’on habite Neuilly !) et ne changera pas grand chose sur le degré d’informations active des français, et d’ailleurs se glisse très bien dans notre politique de l’information réduite à l’émotion. Comprenez nous : nous ne sommes pas contre le fait de faire pleurer les français, mais contre le fait qu’ils accèdent à des instruments de compréhension active du monde social qui leur donneraient l’idée et la possibilité de changer les règles de ce monde . En ce sens, si votre passage sur Antenne deux ne change rien à cet état de fait (voir légitime un système qui abrutit en se faisant passer pour démocratique) bref si votre passage n’accroît pas activement  le capital culturel des citoyens en matière de possibilité de changement social, nous acceptons de vous recevoir. Nous y trouverons une caution démocratique de plus à bon compte, et  vous même, une porte d’entrée intéressante dans le fabuleux monde médiatique français qui, aujourd’hui façonne bien plus à leur insu le cerveau des français que l’école. D’ailleurs, nous tenons à vous signaler que des études de marché ont démontré qu’un passage dans notre émission et l’assouplissement d’une image d’opposant trop radical ferait gagner en moyenne six pour cent d’électeurs chez les ménagères de plus de cinquante ans et trois pour cent chez les moins de cinquante ans. Donc, une bonne affaire en perspective pour vous qui, par les résultats électoraux qu’elle vous donnera, justifiera à posteriori vos choix, et fera taire vos opposants .

Un texte (sans grande imagination) de Lionel Goutelle.

Retour à l'accueil