PETITION D’ELECTEURS (DE DROITE ET DE GAUCHE) POUR LA LISIBILITE DES ETIQUETTES POLITIQUES.

Qu’on soit de droite ou de gauche, en temps qu’électeurs dont le vote est sollicité à chaque élection, nous devrions avoir le droit élémentaire de savoir pour qui nous votons, et surtout quelles sont les valeurs défendues par les hommes et les femmes politiques qui sollicitent nos voix. Comment se fait-il en effet que le monde officiel de la politique tel qu’il est aujourd’hui (force est de constater qu’il dégoûte de plus en plus de monde à chaque élection comme le prouve le vote croissant pour l’extrême droite ou le refuge dans " l’abstention ") ne répond pas à des critères de lisibilité et d’honnêteté élémentaires depuis longtemps en vigueur ailleurs. Ainsi on n’imagine pas que, pour prendre l’exemple du monde du commerce, on puisse nous vendre aujourd’hui sous l’étiquette " poire " une " pomme ". Une telle (grossière) contrefaçon est inimaginable et serait immédiatement fortement sanctionnée. Or en politique, force est de constater qu’on peut tricher en toute impunité sur l’étiquette qu’on se donne sans encourir de graves sanctions. En politique, il n’existe pas d’obligation à respecter l’électeur. En ce sens, le cas du parti " socialiste " est certainement le plus grave et le plus urgent à résoudre, tant il produit depuis vingt ans des dégâts d’une ampleur considérable (fuite des électeurs de gauche, ou vote avec dégoût pour lui ! Et cela pour essayer de différer une catastrophe –l’arrivée au pouvoir d’une droite vraiment de droite- que par ailleurs on nourrit en le portant au pouvoir, puisqu’on sait qu’on ne va pas différencier sa gestion et ses valeurs d’une droite classique, qui du coup, pour se faire passer pour de droite, est obligée de se radicaliser vers la droite…etc, etc). Qu’on soit de droite ou de gauche donc (et même qu’on appartienne soit même au parti " socialiste " d’aujourd’hui ou pas !) et si on a cette honnêteté depuis longtemps élémentaire ailleurs, on se doit de reconnaître que depuis au moins 1983 le parti socialiste a accepté la " société de marché " et en est devenu un gestionnaire comme un autre (le wall-street journal, instance du monde capitaliste s’il en est, ne s’y est pas trompé, lui qui a félicité Lionel Jospin pour ses " réformes ") . En tout cas, il n’en refuse pas les principes. Entendons-nous bien, il n’y a aucune honte à défendre l’idée qu’il est illusoire de croire qu’on peut faire vivre des valeurs de gauche et socialistes dans une économie libérale mondialisé, et surtout à un niveau simplement national (c’est un point de vue comme un autre qui a ses points forts et faibles et qui se discute), mais il y a une grande honte et une grande malhonnêteté à garder cette étiquette de " socialiste " quand on a jugé que ces valeurs ne pouvaient pas vivre dans une économie mondiale libérale dont on a accepté et installé activement les principes en France.

Qu’on soit donc soi- même aujourd’hui " socialiste " ou pas, qu’on soit de " droite " ou de " gauche ", on ne peut donc que souhaiter que les politiques et les valeurs défendues par chaque candidat et chaque parti politique soit clairement lisibles pour chaque citoyen. En ce sens, le baptême (ou plutôt la " débaptisation ") du parti " socialiste " en parti (au bas mot) " libéral-social " est une œuvre de salubrité publique élémentaire pour rendre la vie politique plus honnête et lisible par le citoyen lambda qui doit être la préoccupation centrale de toute politique qui se respecte….

Je demande que le parti dénommé faussement " socialiste " soit débaptisé et soit appelé désormais, (conformément à la politique qu’il mène depuis vingt ans une fois au gouvernement) " parti libéral-social "

 

Lionel Goutelle, instit à Marseille

 

 

Retour à l'accueil