La mise au chômage de 8000 personnes d'un coup est une chose emminemment dramatique évidemment, mais aussi emminement prévisible, on peut même dire voulu et recherché, quoiqu'ils  disent, par les hommes politiques des 30 dernières années et les hommes politiques actuels (à moins de plaider la débilité, une injure que nous ne leur ferons pas)  En effet, comment ne pas s'apercevoir que c'est là une conséquence inéluctable logiquement parlant de l'ouverture des frontières à l'exposition d'une concurrence "libre et non faussée"? Les hommes politiques actuels (de vraie droite comme de fausse gauche)  auront-ils le culot de nous dire que l'ouverture sauvage à la concurrence avec  des économies (chinoises et indiennes notamment) aux standards écologiques et sociaux inexistants  ne pouvait qu'aboutir à l'amélioration de la condition des salariés européens? Non évidemment, c'est forcément l'alignement par le bas qui se fait, et répétons le inlassablement, c'était  logiquement inéluctable (et recherchés intentionnellement par  les actionnaires trouvant là un moyen de maximiser leurs profits, actionnaires qui se comportent en véritable maître chanteurs régnant sur cette pseudo "mondialisation heureuse" -voilà une prise en otage aux effets autrements dévastateurs que les grêves que nos "amis" les journalistes se gardent bien d'attaquer- et  tirant haut la main leur épingle du jeu: le transfert des richesses entre le travail et le capital ne se porte jamais aussi bien que depuis que règne cette "ouverture" des frontières à la sauvagerie légalisée). 
En fait ce qu'on appelle "concurrence libre et non faussée" est un protectionnisme  de fait (et fort mal masqué) du plus sauvage. Il nous faut un autre protectionnisme: celui qui réimpose sur un territoire, fût-il national ou européen (ou même mondial, c'est l'idéal final)  les choses élémentaires d'une société humaine digne de ce nom: le partage du travail, un salaire correct, et un système de protection social élémentaire. Et qu'on ne me fasse pas le coup débile du "protectionnisme= fascisme ! Parce que là, même pas je m'explique, mais je mords (et relisez Lordon, incultes que vous êtes).

Retour à l'accueil