Monsieur


      Lors de vos différentes interventions publiques concernant la « gestion » de la « crise » que vous vous apprêtez à mettre en oeuvre, vous ne cessez d'invoquer, pour justifier les « mesures » folles pour bon nombre de français que vous allez prendre (en particulier pour les fonctionnaires, éternelles têtes de turc de votre gouvernement), l'exemple de ma gestion de « bon père de famille » concernant mon budget. Cette comparaison est particulièrement fallacieuse et elle est une véritable insulte pour moi. Je m'explique.
Jamais un « bon père de famille » comme moi ne « gèrerait » ses finances comme vous le faites depuis des décennies (il est vrai que vous n'avez pas initier ce mode de gestion pratiqué depuis au moins deux décennies par vos prédécesseurs, dont les socialistes eux mêmes d'ailleurs quand ils sont passés au gouvernement! Mais si vous ne l'avez pas initié, à l'inverse, vous n'en avez pas pris la direction opposée! Et vous l'avez même drastiquement approfondi avec des mesures comme le « bouclier fiscal » ou la défiscalisation des heures supplémentaires, la baisse de la TVA dans la restauration,etc...). En effet, que faites vous depuis au moins deux décennies quand vous êtes au gouvernement? Vous ne cessez de tuer les recettes de votre budget (par l'exonération des charges, par la baisse des împots, etc...), tout en faisant exploser de l'autre côté les dépenses sociales nécessaires pour faire tenir debout des français de plus en plus maltraités par les mesures que vous prenez par ailleurs en « libéralisant » les marchés (chômage, conditions de travail de plus en plus difficiles à tenir, salaires en baisse réelle, etc..). Bref, vous tuez vous même votre propre budget par les deux bouts en quelque sorte (c'était déjà tellement évident dans les années quatre-vingt-dix qu'un chercheur se livrant à une étude détaillée de ce mode de « gestion » des finances publiques avait intitulé son article « la politique des caisses vides »)! Inutile de dire que tout « chef de famille » qui se comporterait ainsi serait immédiatement enfermé pour « comportement particulièrement débile » mettant en danger sa famille, ou au bas mot mis sous tutelles et empêcher de nuire.

Mais votre malhonnêteté ne s'arrête pas là. Non content de tuer vous même votre propre budget par les deux bouts, où allez vous cherchez l'argent pour renflouer les déficits que vous fabriquez vous même pour une bonne part tout en faisant semblant de les subir ? Sur les marchés financiers!!! C'est à dire chez ceux-là même qui militent depuis des décennies pour tuer l'état dont vous défendez théoriquement l'utilité et duquel vous vivez d'ailleurs (et grassement parait-il) , mais aussi ceux-là même qui ont menacé de foutre la planète en l'air si, suite à leur gabegie, l'état qu'ils veulent détruire ne leur venait pas en aide !!! Une « aide » que nous payons aujourd'hui d'une belle récession qui, à en croire Frédéric Lordon pourrait bien se terminer comme en 1930 au vu de l'imbécilité des réponses qui luis sont apportées (voir ses articles sur son blog du monde diplo), mais aussi d'une belle crise des finances publiques européennes dont ils refusent de payer les pots cassés, alors qu'ils en sont, à côté de votre « gestion » démente, l'autre cause déterminante! Non monsieur Fillon, c'en est trop!!! L'indécence et la malhonnêteté ont des limites! Jamais aucun « père de famille » ne serait assez fou pour gérer ainsi l'argent dont il a la charge. Il y a là manifestement une volonté déterminée de tuer les finances publiques. En conséquence, je vous interdis d'évoquer ma gestion de « bon père de famille » pour légitimer une gestion aussi folle. La bonne gestion du « bon père de famille » est à l'opposé de ce que vous faites,et vous le savez bien. En espérant un jour avoir du respect pour vous

Retour à l'accueil