La découverte et la diffusion d’un journal (à l’origine) intime de Nicolas Sarkosy ( dans quel but ? sans doute pour mieux réveiller ses pseudo " partisans " et les sauver à temps du marasme moral qui les menace) jetterait une profonde angoisse parmi ses sympathisants qui ne sauraient plus très bien " sur quel pied danser " : qui est véritablement leur " leader ", quelles sont les valeurs qui l’animent et quels buts poursuit-il ?  Telles sont quelques une des questions (parmi d’autres) qu’on est en droit aujourd’hui de se poser à la lecture de ce document. Et il faut bien avouer que celui-ci semble assez crédible, tant il redonne sens et raison à certains comportements de Nicolas Sarkosy, à priori par trop violents et caricaturaux pour être sciemment ceux d’un homme sain d’esprit. Comment en effet expliquer qu’un homme comme lui, à priori jeune, intelligent et généreux,  à la sympathie si communicative devant les caméras (à la manière du renard dans les fables de La Fontaine ?) puisse adopter des comportements aussi laids et inhumains que ceux qu’il nous a montré, qu’on soit de droite ou de gauche ? Rappelez vous en effet ce ministre de l’intérieur qui met lui-même le feu aux banlieues en adoptant le langage des voyous, qui, contre les preuves que lui apportent ses propres renseignements généraux ( !) , affirme que les émeutes sont le fruit de meneurs organisés. Ce ministre de l’intérieur sciemment menteur qui, contre toute logique évidente et contre toute enquête indépendante ( !), persiste à dire que dans l’affaire de Clichy-sous-bois à l’origine des émeutes, les policiers n’ont pas de grosses responsabilités et ne présente pas ses excuses une fois la lumière faite. Ce ministre qui fixe un quota d’étrangers à expulser à priori ( !) et qui renvoie chez eux des gens depuis des années ici, à l’heure où la plupart des pays européens les reçoivent par centaines de milliers, et déshonore ainsi la patrie des " droits de l’homme " à jamais, en nous faisant revivre des scènes dignes du régime de Vichy. Cet homme encore qui obtient la non publication d’un livre qui présente de lui une image qui ne lui convient pas, qui obtient qu’on vire un journaliste pour la même raison, qui menace ouvertement ( !) des journalistes d’un service public qui osent le recevoir normalement comme un candidat parmi d’autres ? Non, tous ces exemples étaient par trop ouvertement violents et inhumains pour ne pas cacher un autre Nicolas Sarkosy.
Mais s’ils ne lui correspondent pas, sans doute vous demandez-vous pourquoi il les a adopté et quel est son but? C’est ici que le journal en question se montre très éclairant. En fait, il semblerait que le projet de Nicolas Sarkosy se dessine dans les années post- quatre vingt quinze, après sa trahison malheureuse de Jacques Chirac aux élections présidentielles. C'est pour lui "la traversé du désert" et entre autre choses, il a le temps de lire. Ne supportant plus alors l'image qu'il a donné de lui lors de ces élections (celle du traîte opportuniste) , et à  la recherche  d'un rachat moral et d'une "belle vie", notre homme découvre un auteur peu connu en France que s’évertue de populariser aujourd’hui le philosophe Jacques Bouveresse : l’auteur autrichien Karl Krauss, qui avait l’art d’anticiper dans les comportements et les non-comportements de ses contemporains (dans les années 1900 à 1936) toute la violence qui aboutira aux deux guerres mondiales. C’est alors que (à la manière de cet auteur dans ses fausses pétitions et autres " provocations sociologiques ") il élabore le secret projet de redresser moralement et civiquement la France sur le long terme. Pour cela il imagine le stratagème suivant : "Dans les années qui viennent, je vais me présenter aux élections en incarnant un candidat particulièrement injuste, incivique et bafouant ouvertement les principes de la démocratie. Je menacerai ouvertement à visage découvert ceux qui s’opposent à moi. Mais secrètement, je tiendrais au contraire la liste de ceux qui ne disent rien devant mes pseudos dérapages, très sciemment  voulus et graves à dessein. Une fois au pouvoir, parce que je pressens bien que l’incivisme est devenu le parti majoritaire de ce pays sans lequel on ne peut pas gagner les élections, je dévoilerai l’imposture et nettoierai cette fois pour de bon la France de toute cette vermine lâche et calculatrice qui est le déshonneur de notre pays: Ces instits qui bafouent leurs valeurs et laissent les expulsions se faire, ces journalistes qui laissent menacer leur liberté sans rien dire, ces policiers qui se comportent racistement, ces habitants des ghettos dorés qui refusent les H.L.M chez eux, etc, etc….Et on ne pourra pas me raconter n'importe quoi, puisque c'est moi qui aurait établi les listings et la fillabilité des preuves". On comprend le vent de panique et la déstabilisation psychologique  qui a saisi ses " partisans ". Et s’ils soutenaient celui qui demain allait démasquer et " karchériser " leur malhonnêteté ? 

(ps: dernière nouvelle. Ségolène Royale, qui a au moins ce mérite de reconnaître le mérite de ses adversaires quand ils ont de bonnes idées -comme l'a démontré son adoption illico-presto du thème si payant électoralement de "l'identité française"- , très impressionnée par cette forme d' investissement dans le  "dévoilement des comportements inciviques", aurait elle aussi décidé de l'adopter en baffouant ouvertement et cyniquement  les valeurs de la gauche qu'elle est censée incarnée. Et en fait, elle aussi, comme Sarkosy,  noterait  scrupuleusement qui dans son parti laisse ses provocations passer sans broncher, et celà pour mieux  s'occuper d'eux une fois au pouvoir. Décidemment, ces élections se montrent palpitantes dans la course à l'honnêteté qui vient (enfin!) de saisir nos candidats. Alors que tout sonnait faux et semblait obscur dans ces comportements outranciers et démagogiques de nos principaux candidats, tout devient à nouveau clair. En fait,  on peut dire que nos principaux leaders d'opinion font à dessein le portrait caricatural et extrémiste des anti-valeurs qu'ils ont juré secrètement de détruire une fois au pouvoir! Nous voilà donc rassurés. Et nul ne peut plus douter que ces élections vont marquer  un tournant dans l'histoire de la démocratie française. On peut anticiper dors et déjà sans grands risques qu'elle deviendra -sous la direction de personnalités s si déterminées et si intransigeantes dans la défense des valeurs qu'elles doivent incarner-  un des phares moraux de l'humanité de demain. God bless Nicolas Sarkosy, inventeur devant l'éternité  de la technique du démasquage social de l'incivsme, assurément un des plus grands hommes de l'histoire française contemporaine....)

 

 

 

 

Retour à l'accueil